Du son aux notes

Nécessité de bâtir un système musical

Imaginons nous au beau milieu de la Grèce antique. Pythagore, grâce à ses expériences sur son monocorde, a établi une liste d'intervalles fondamentaux qui permettent de créer plusieurs sons consonants entre eux.

Fort de cette découverte, il s'empare de son instrument et s'apprête à jouer l'intro de Highway to Hell. Malheureusement, l'assistance en sera pour ses frais car Pythagore a très rapidement découvert que réfléchir en terme de fréquences et de rapport entre fondamentales était tout sauf intuitif : tout ça ne nous dit pas où mettre les doigts sur la corde !

Nécessité d'un système musical

On l'a dit, en musique, il n'y a pas vraiment de règles : si ça sonne bien, alors c'est bien.

Toutefois, les premier·es musicien·nes de l'Histoire ont rapidement été confronté·es au besoin de travailler avec des outils un peu plus intuitifs et performants.

Imaginons le premier compositeur de l'histoire essayer de conduire l'orchestre de la tribu : « Gérard, tu me fais un gros "pouët" vigoureux avec ta trompette en os de chèvre tandis que Géraldine enchaîne des tzoing tzoing sur sa cithare en boyaux de mammouth ». Ingérable ! Il a bien fallu développer un vocabulaire spécifique pour échanger entre musiciens.

Par ailleurs, le concept de fréquence n'est guère utilisable en l'état. « Géraldine, donne moi un petit 440 Hz s'il te plaît. ». De cette infinité de hauteurs de son potentielles, il a bien fallu en sélectionner quelques unes pour en faire… des notes !

Que dire d'un compositeur qui voudrait conserver sa musique pour l'archiver, la transmettre ou la vendre ? C'est impossible sans un système de notation musicale rigoureux.

Enfin, pensons aux luthiers, facteur·ices de pianos, d'accordéons et à tous les fabricants d'instruments de musique en général : il faut bien se mettre d'accord sur un certain nombre de normes si on veut que les différents instruments fabriqués dans des régions différentes puissent s'accorder entre eux.

Ainsi, au fil des siècles, des cultures et des civilisations, le système musical a évolué, s'est enrichi, complexifié, adapté, spécialisé jusqu'au système actuel qui nous propose les outils que sont les notes, les modes, les gammes, les accords, etc.

Différents systèmes musicaux

Il faut préciser que notre système musical « moderne » n'est pas universel.

Nous avons étudié le son en tant que phénomène physique immuable et universel, mais comment ces éléments ont été interprétés pour bâtir des systèmes musicaux, voici quelque chose qui est spécifique à chaque civilisation.

Ainsi, on n'utilise pas les mêmes notes en France ou en Inde et on ne joue pas la même musique à Londres en 1985 ou au Vatican au Ve siècle après J.C.

Dans les pages qui vont suivre, nous nous concentrerons sur ce qu'on appelle le système occidental moderne, celui qui a donné naissance à Highway to Hell, la Ve de Beethoven et la Danse des canards et qui s'est de toutes manières répandu à peu près partout dans le monde.

En résumé

La musique existe depuis des millénaires. Au fil des siècles, les musicien·nes, comme dans tout corps de métier, se sont dotés d'un vocabulaire et d'outils de plus en plus élaborés. C'est le système musical.

Notre système musical actuel, bien qu'il se soit répandu à peu près mondialement, n'est pas universel ; il est fait d'interprétations, de choix et de compromis.