Pourquoi ce site ?

Comme la plupart des gens, j'ai toujours écouté de la musique ; des berceuces infligées par mes parents tentant désespérément de m'endormir aux styles et genres les plus éclectiques auxquels je me suis intéressé à différentes périodes de ma vie (je garde un souvenir particulièrement ému de ma phase death metal et chemises à fleurs).

J'écoutais de la musique, mais je ne connaissais rien à la musique, l'essentiel de ma pratique musicale personnelle ayant consisté à postillonner abondamment dans une flûte à bec au collège.

Et puis un beau matin, sans raison particulière, je me suis dit que ce serait cool de m'intéresser vraiment à la musique : découvrir et comprendre de nouveaux genres, jouer d'un instrument, devenir une rockstar et peut-être — qui sait— devenir plein aux as en composant le prochain tube à succès ?

J'ai donc acheté et lu un livre traitant de « théorie musicale », et je l'ai refermé en ayant la sensation d'être un orang-outan venant de parcourir le dernier rapport public annuel de la Cour des comptes : en gros, je n'ai rien compris.

J'ai persisté et lu un paquet de bouquins, parcouru quantité de sites Web, discuté avec pas mal de personnes très compétentes, avec à chaque fois la même réaction :

Je. Ne. Comprends. Rien.

La musique est quelque chose d'instinctif, de « naturel », de viscéral. Ma fille de 18 mois est capable de reconnaître et danser (quoique d'une manière encore un peu primaire) sur un morceau de Charles Trenet. Pourquoi le moindre bouquin traitant de solfège doit-il m'assommer dès la première page avec des concepts de tons, de gammes diatoniques et chromatiques, de modes, tétracordes, etc. ?

Des ressources incomplètes

Bien sûr, rien ne remplace la pédagogie d'un·e bon·ne enseignant·e, mais quand on veut ou doit se former à la musique en autodidacte, les ressources de qualité sont plutôt rares. Mon expérience, en matière de livres, cours, vidéos, etc. traitant de musique, est qu'il en existe de trois types :

  1. les ressources qui enseignent le solfège, c'est à dire l'écriture musicale : quels symboles utiliser pour représenter telle ou telle note, tel rythme, etc (par exemple Théorie de la musique de A. Danhauser) ;
  2. les ressources qui enseignent un instrument, et qui donc proposent des exercices et techniques spécifiques à cet instrument (piano, guitare, ukulele, etc.), souvent liés à un genre musical spécifique (e.g Apprendre la guitare jazz ou Jouer du black-métal au biniou) ;
  3. les ressources qui étudient un genre musical spécifique (ex : Le livre de la théorie du Jazz de Mark Lévine), et qui dissèquent ses règles et codes.

Ces livres sont de très bons supports techniques, mais ils supposent déjà une certaine connaissance et compréhension de la musique, et ils ne sont d'aucune utilité pour les débutants – un peu comme Science des matériaux dans la construction et l'architecture est inadapté pour qui veut bricoler une cabane de jardin le dimanche.

Dans ces types d'ouvrages, on explique beaucoup le quoi, mais jamais le pourquoi ! Ainsi, j'avais acheté un livre qui me paraissait adapté à l'apprentissage du piano : dès les premières pages, on me proposa des exercices pour pratiquer des gammes ; à aucun moment on ne m'a expliqué à quoi pouvait servir une gamme, ni comment cela allait me permettre de créer de la musique.

Tous les ouvrages de théorie musicale expliquent qu'il y a sept notes (do, ré, mi, fa, sol, la, si), mais pas pourquoi ! Pourquoi sept et pas cinq ou quarante-deux ?

Des ressources incompréhensibles

Par ailleurs, la plupart des ouvrages traitant de musique sont écrits dans un charabia incompréhensible. La palme de la ressource inaccessible au débutant revient à Wikipédia ! Voici une phrase que j'ai recopié texto d'un article au hasard :

En harmonie tonale, l’accord de sixte napolitaine […] désigne un type d'accord d'emprunt qui consiste en un accord parfait majeur, à l'état de premier renversement — d'où ce nom de « sixte » —, emprunté au premier degré de la tonalité majeure située un demi-ton diatonique au-dessus de la tonalité courante — par exemple, ré♭ majeur, par rapport à do majeur. Cet accord remplit souvent la fonction de sous-dominante, la note de basse de l'accord étant placée sur le quatrième degré tonal.

QUOOOOOOIIIIIIII ?!! Vous pouvez bien relire cette phrase des dizaines de fois, elle n'a aucun sens à moins d'avoir déjà de solides connaissances dans la théorie musicale. Et tous les articles traitant de musique sont rédigés dans un style similaire.

Par ailleurs, beaucoup de livres et d'articles traitant de musique proposent des exemples sous formes de partitions. Or, qu'y a-t-il de moins lisibles que des notes sur une portée, quand on n'a pas passé des années à apprendre à lire la musique ? Il existe des musicien·nes professionnel·les accompli·es qui ne savent pas lire la musique, pourquoi un débutant le pourrait-il ?

Des ressources passées d'âge

Quand j'ai commencé à me renseigner sur la théorie musicale, on m'a indiqué que le livre de référence était Théorie de la musique, de A. Danhauser. Un livre écrit en… 1872 ! J'ai lu cet ouvrage et j'y ai pris autant de plaisir que la fois où mon comité d'entreprise a eu la bonne idée d'organiser une soirée raclette et fruits de mer.

La musique est quelque chose de tellement fantastique, faut-il vraiment que son apprentissage soit une corvée ?

L'objectif de ce site

Il m'a fallut beaucoup de temps et de persévérance pour compendre des idées qui devraient pouvoir être expliquées de manière simple et ludique.

D'où l'idée de créer ce site dont l'objectif est le suivant :

Proposer un apprentissage de la théorie musicale d'une manière accessible, ludique et pratique.

  • Accessible : qui soit compréhensible même par des grands débutants ;
  • Ludique : qui offre des exemples et exercices modernes et interactifs et si possible pas barbants ;
  • Pratique : qui propose des mises en application en permanence.

En résumé

Ce site propose des cours de théorie musicale.